Le cœur léger et l’estomac un peu barbouillé après avoir gagné, la veille, un prix lors d’un gala de la SOCAN bien arrosé, les gars de Valaire (le «Misteur» a pris le bord ce printemps) se sont attablés dans un café de l’avenue Laurier pour parler de leur nouvel album,Oobopopop. Quelques heures plus tôt, dans un état joyeusement second, Luis Clavis, percussionniste et chanteur de Valaire, avait d’ailleurs remis sa plaque (il a gardé la médaille qui l’accompagnait) à une certaine Monique afin de la remercier de lui avoir offert un coupon rabais pour un trio dans un établissement de restauration rapide. D’humeur joyeuse, on disait!

Et le thème est cohérent puisque le nouvel effort du quintette de Sherbrooke, disponible depuis aujourd’hui, est tout en bonheur, en danse et en soleil. Rencontre, donc, avec Luis, Tõ et Doc. Les deux autres membres du groupe, France et Kilojules, jasaient avec un autre journaliste (snif).

«On s’est fait plaisir avec cet album-là», lance Tõ. «On voulait casser la roue qu’on avait faite avec Bellevue [l’album précédent du groupe, paru en 2013], qui était froid, carré et un peu plus agressif, indique Doc. On voulait ramener la joie de vivre, ramener le groove. On va essayer de prolonger l’été. L’automne frappe à nos portes du matin.»

«Chaque album est une transition en soi, ajoute Luis. Avec Bellevue, on voulait un truc dansable, de façon agressive parfois, pour aller chercher un dance floor. Ça marche aussi, mais ce qu’on appréciait le plus dans le show, c’étaient les petits moods funky.»

misteur-valaire-mv-slider

                                                          À l’époque de Misteur Valaire

Et le funk, la soul, ils les ont trouvés à Lafayette, gentiment sacrée la «Trois-Rivières de la Louisiane» durant l’entrevue, où ils se sont installés pour composer Oobopopop.

«Le mot d’ordre au départ était de faire quelque chose de joyeux, d’ensoleillé et de facile à écouter, explique Tõ. On est allés voir ben des shows là-bas, dans des bars, des petites places. L’énergie que les bands envoyaient nous a inspirés. Le son s’est concrétisé sur place.»

Habitué à sortir des opus plutôt éclectiques, Valaire espérait produire un ensemble plus cohérent cette fois-ci. «Bellevue, c’étaient de bonnes tounes qui étaient un peu loin entre elles, indique Doc. Avec Oobopopop, on a voulu homogénéiser tout ça» (félicitations de la part de tout le monde autour de la table pour avoir réussi à prononcer «homogénéiser» du premier coup).

983182-maison-louee-lafayette-musiciens-sherbrookois

«On est fiers d’avoir réussi notre mandat, ajoute Tõ. On a été plus critiques pour la direction de l’album.»

«Par le passé, je dirais qu’il y avait un peu moins d’engouement à l’idée de sortir le disque plutôt que de juste le rendre disponible pièce par pièce, affirme Luis. Cette fois, j’ai vraiment hâte de le lancer.»

Pour plus d’infos complémentaires sur ce texte:

Funky Valaire

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s